ITEM METADATA RECORD
Title: Vers une théologie catholique du Judaïsme. Enjeux et défis générés par Nostra Aetate § 4
Other Titles: Biedt de Verklaring Nostra Aetate 4 een voldoende grond voor het ontwikkelen van een katholieke theologie over het jodendom?
Authors: Andrevon, Martine
Issue Date: 19-Jun-2014
Table of Contents: Première Partie : Un tournant dans la théologie catholique du Judaïsme
1 Le regard de l’Église sur les Juifs et le Judaïsme
1.1 Le déficit de théologie catholique du Judaïsme avant Nostra Ætate §4
1.1.1 Les Pères de l’Église face au Judaïsme 20
1.1.2 Lecture patristique des Écritures. 24
1.1.3 La substitution : une pseudo théologie 27
1.2 Vers une théologie catholique du Judaïsme 31
1.3 Présentation de Nostra Ætate § 4 36
1.3.1 Les étapes de la rédaction. 36
1.3.2 Titulature, structure et emplacement 40
1.3.2.1 La titulature et la structure 41
1.3.2.2 Évolution de l’emplacement du texte dans les Actes du Concile 43
1.3.3 Lecture commentée de Nostra Ætate §4 46
1.4 Conclusion : Nostra Ætate §4, acte de naissance de la théologie catholique du Judaïsme 56
2 Les recherches théologiques engendrées par Nostra Ætate §4 60
2.1 Les grands thèmes 61
2.2 Une théologie en construction 69
2.2.1 Les dix années qui ont suivi la clôture du Concile : 1965-1975 69
2.2.2 De la création de la Commission pontificale pour les relations avec le Judaïsme au grand Jubilé : 1975-2000 74
2.2.3 À l’approche du 50e anniversaire de Nostra Ætate 83
2.3 Évaluation des recherches 92
3 Nostra Ætate § 4, théologie des religions et œcuménisme 95
3.1 Théologie du Judaïsme dans le cadre de la théologie des religions 95
3.2 Aperçu œcuménique 102
3.2.1 Les Églises de la Réforme 102
3.2.2 Les Églises orthodoxes 104
3.3 Les publications juives 107
4 Récapitulation et perspectives 111
Deuxième Partie : Pré-histoire et précurseurs de Nostra Ætate §4 113
1 Les mutations en Europe à la fin du 19e siècle 114
1.1 Le statut des Juifs après la Révolution française 114
1.2 Rome face à la sécularisation 119
1.2.1 La baisse d’influence de l’Église 119
1.2.2 Les papes, l’émancipation des Juifs et le Sionisme 122
1.2.2.1 Pie IX 122
1.2.2.2 Pie X et Théodore Herzl 122
1.2.2.3 Pie XI et l’antisémitisme 126
1.3 L’ébauche d’un nouveau discours catholique sur les Juifs 127
1.3.1 De Juifs convertis 127
1.3.1.1 Alfonse Marie Ratisbonne (1814-1884) 129
1.3.1.2 Joseph (1836-1915) et Augustin Lémann (1836-1909) 131
1.3.2 Des associations de prières pour Israël 135
1.3.2.1 L’Archiconfrérie de prières pour Israël 136
1.3.2.2 Les Amici Israel 138
1.3.3 De Léon Bloy (1846-1917) 141
2 Les précurseurs de la théologie du Judaïsme 145
2.1 Joseph Bonsirven (1880-1958) 146
2.1.1 Sa vie et son œuvre 146
2.1.2 Le Judaïsme, racine admirable du Christianisme 151
2.1.3 Le mystère d’Israël dans l’aujourd'hui de l’Église 160
2.1.4 Apports et limites de la pensée de Joseph Bonsirven 164
2.2 Jacques Maritain (1882-1973) 168
2.2.1 Un philosophe laïc catholique 168
2.2.2 Le mystère d’Israël dans l’œuvre de Maritain 173
2.2.2.1 Fondement de sa réflexion métaphysique 173
2.2.2.2 La mise part de « À propos de la question juive » (1921) 175
2.2.3 Le peuple juif et l’accomplissement de l’histoire chez Maritain 179
2.2.3.1 Les conséquences du faux pas d’Israël 179
2.2.3.2 Israël, l’Église et le monde 185
2.2.3.3 Conversion, réintégration, plénitude d’Israël 189
2.2.3.4 Sionisme et État d'Israël 193
2.2.4 Apports et limites de la pensée de Jacques Maritain 197
2.3 Cardinal Charles Journet (1891-1975) 200
2.3.1 Sa vie et son œuvre 200
2.3.2 Présentation générale des Destinées d’Israël 202
2.3.3 Les trois âges de l’histoire du Salut et l’Église 204
2.3.4 La destinée de la partie d’Israël qui n’a pas reconnu le Christ 209
2.3.4.1 L’infidélité du peuple messianique 209
2.3.4.2 Israël dans le temps de l’Église et sa future réintégration 212
2.3.5 Apports et limites de la pensée du cardinal Journet 216
2.4 Paul Démann (1912-2005) 220
2.4.1 Une personnalité oubliée 220
2.4.2 La ligne éditoriale des Cahiers sioniens 225
2.4.3 Sa reformulation de l’enseignement chrétien sur les Juifs 226
2.4.3.1 Réfuter les clichés 229
2.4.3.2 Retravailler les concepts 230
2.4.3.3 Fonder le dialogue sur une exégèse correcte 235
2.4.4 Judaïsme et Christianisme en dialogue 237
2.4.4.1 Le positionnement de la foi juive par rapport à la foi chrétienne 238
2.4.4.2 L’interpellation de l’État d'Israël pour la théologie catholique 240
2.4.4.3 La radicale incompatiblité entre Christianisme et antisémitisme 243
2.4.5 Le lien entre Israël et l’Église selon Démann 246
2.4.5.1 Au registre de l’œcuménisme 246
2.4.5.2 Un rapport dialectique 248
2.4.5.3 Un entrelacement complexe 251
2.4.6 Apports et limites de la pensée de Paul Démann 253
3 Récapitulation et perspectives 255
Troisième Partie : Un Kairos pour la théologie du Judaïsme : La seconde guerre mondiale et l’annonce du Concile : 259
1 Les ébranlements générés par la guerre de 39-45 260
1.1 L’Église officielle et la Seconde Guerre mondiale 260
1.1.1 La vraie nature de la guerre d’Hitler 260
1.1.2 Rome et son rêve de reconstruction d’un Occident chrétien 261
1.2 La réaction de l’Église face à l’inédit de la Shoah 263
1.2.1 Le piège du national socialisme 263
1.2.2 L’ambiguité des ecclésiastiques devant la persécution des Juifs 265
1.2.2.1 Des distinctions fallacieuses 266
1.2.2.2 La confusion à propos de la « race juive » 269
1.2.2.3 L’embarras devant le Foyer juif en Palestine 272
1.3 De l’armistice à l’annonce du Concile 273
2 Genèse d’un texte magistériel sur les Juifs 276
2.1 La vision de Jean XXIII pour l’Église 276
2.1.1 Son approche du monde et de l’Histoire 276
2.1.2 L’unité comme moteur du projet conciliaire 277
2.1.3 La réflexion sur les Juifs dans ce contexte 278
2.2 Des personnes et des évènements déterminants 279
2.2.1 Jules Isaac (1877-1963) 279
2.2.1.1 Une vie au service de la vérité 279
2.2.1.2 Jésus et Israël 283
2.2.2 La Conférence de Seelisberg (1947) 285
2.2.2.1 Convocation, ordre du jour et déroulement 285
2.2.2.2 Une charte pour l’amitié judéo-chrétienne 288
2.2.2.3 L’impact de Seelisberg sur Nostra Ætate 298
2.2.3 L’audience de Jules Isaac avec Jean XXIII (13 juin 1960) 300
2.2.4 Le Cardinal Augustin Bea (1881-1968) 303
2.2.4.1 Une personnalité prestigieuse 303
2.2.4.2 Président du Secrétariat pour l’Unité des Chrétiens 306
2.2.4.3 L’évolution de la pensée du cardinal Bea sur les Juifs 308
2.2.4.3.1 Le Peuple Juif et la Passion du Christ 309
2.2.4.3.2 L’Église face à Israël 312
2.2.4.4 Évaluation critique de sa pensée 314
2.2.4.4.1 Ses intuitions 314
2.2.4.4.2 Architecte convaincu de Nostra Ætate §4 317
3 Les sources directes du texte sur les Juifs 320
3.1 Constitution du corpus 320
3.2 Trois textes de référence pour le Secrétariat pour l'Unité des Chrétiens 323
3.2.1 La contribution de l’Institut biblique pontifical (avril 1960) 323
3.2.2 Le mémorandum co-signé de Seton Hall University (juin 1960) 326
3.2.3 Le mémorandum du groupe d’Apeldoorn (août 1960) 329
3.2.3.1 Préambule 330
3.2.3.2 Les directives proposées 333
3.3 Un texte matrice : Questiones de Judaeis (avril 1961) 335
3.3.1 Les grandes lignes du texte 335
3.3.1.1 Introduction 335
3.3.1.2 Principes doctrinaux 337
3.3.1.3 Considérations pratiques 339
3.3.2 Sept vœux à l’adresse des pères conciliaires. 340
3.4 La session de travail du Secrétariat pour l'Unité des Chrétiens du 20 avril 1961 342
3.4.1 Le rapport introductif du Père Abbé Rudloff 342
3.4.2 Le débat de la séance de travail 346
4 Les Juifs et la préparation du texte conciliaire 348
4.1 Apports des représentants du monde juif 349
4.1.1 Les contacts établis par le cardinal Bea 349
4.1.2 Le contenu du dialogue 353
4.1.3 L’État d'Israël et le Concile 355
4.1.4 Évaluation de l’impact des contributions juives sur Nostra Ætate §4 357
4.2 Analyse des mémorandums juifs 368
4.2.1 Le dialogue universitaire de novembre 1961 368
4.2.2 Le mémorandum de la World conference of Jewish organizations 369
4.2.3 Les mémorandums de l’American Jewish Committee 372
4.2.3.1 Préambule 372
4.2.3.2 « What Catholics learn about Jews ?» 373
4.2.3.3 Conclusion et analyse 375
4.2.4 Le mémorandum de Rabbi Abraham Joshua Heschel 376
4.2.4.1 Éléments biographiques 376
4.2.4.2 Sa critique du Christianisme 379
4.2.4.3 Les fondements du dialogue 382
4.2.4.4 Propositions pour améliorer les relations entre Juifs et catholiques 384
4.3 L’opposition de Rabbi Joseph Dov Soloveitchik 388
4.3.1 Le désaccord entre Joseph Dov Soloveitchik et Abraham Heschel 389
4.3.2 Confrontation, ou l’impossible dialogue théologique 390
5 Récapitulation et perspectives 395
Quatrième partie : Nostra Ætate § 4 dans « l’œuvre conciliaire » 399
1 Nostra Ætate § 4 et les travaux qui l’ont précédée 401
1.1 Les thèmes des précurseurs repris dans Nostra Ætate § 4 401
1.1.1 Le rapport aux Écritures 401
1.1.2 L’ecclésiologie 404
1.1.3 Endurcissement et réintégration d’Israël 407
1.1.4 La christologie 410
1.1.5 Antisémitisme, antijudaïsme et orientations pastorales 413
1.2 Les thèmes des précurseurs absents de Nostra Ætate § 4 415
2 Nostra Ætate §4, Lumen Gentium et Dei Verbum 418
2.1 Lumen Gentium et le Peuple Juif 419
2.1.1 Une ecclésiologie christocentrée 419
2.1.2 L’antériorité du Peuple Juif 422
2.1.3 Le Peuple Juif ordonné au mystère de l’Église 423
2.1.4 Un lien typologique et allégorique 424
2.1.5 Lumen Gentium face à Nostra Aetate §4 426
2.2 Le peuple Juif dans Dei Verbum 428
2.2.1 L’autocommunication de Dieu dans l’histoire 428
2.2.2 L’Ancien Testament et les Juifs dans Dei Verbum 430
2.2.3 Deux pistes implicites pour une théologie catholique du Judaïsme 432
3 Les suites de Nostra Ætate §4 435
3.1 La correction de la prière du Vendredi Saint 436
3.2 Les trois textes du Conseil pontifical pour les Relations avec le Judaïsme 438
3.2.1 Orientations et suggestions pour l’application de la déclaration conciliaire Nostra Ætate (1er décembre 1974) 438
3.2.1.1 Présentation générale du texte 438
3.2.1.2 L’Ancien Testament et la notion d’accomplissement 440
3.2.1.3 La mission et les Juifs. 441
3.2.1.4 Une christologie axée sur le Jésus de l’histoire 443
3.2.1.5 Un rejet plus ferme de l’antisémitisme 443
3.2.1.6 Déplacements et avancées par rapport à Nostra Ætate §4 445
3.2.1.7 La réception mitigée des Orientations 447
3.2.2 Notes pour une présentation correcte des Juifs et du Judaïsme dans la prédication et la catéchèse de l’Église catholique (mai 1985) 452
3.2.2.1 Présentation générale 453
3.2.2.1.1 Enjeux du rapport entre Judaïsme et Christianisme 453
3.2.2.1.2 Les racines juives du Christianisme 455
3.2.2.1.3 Prise en compte du Judaïsme contemporain 457
3.2.2.2 Les apports christologiques 459
3.2.2.3 Le peuple de Dieu et l’Alliance 462
3.2.2.4 Le rapport dynamique entre Ancien et Nouveau Testament 464
3.2.2.5 Israël dans le temps de l’Église 468
3.2.2.5.1 La question de l’incrédulité d’Israël 468
3.2.2.5.2 La permanence d’Israël 469
3.2.2.5.3 Le Judaïsme dans le plan de Dieu 474
3.2.2.6 Conclusion : Apports et hésitations des Notes 475
3.2.3 Nous nous souvenons : une réflexion sur la Shoah (16 mars 1998) 482
3.2.3.1 Présentation générale 482
3.2.3.2 Du fratricide à la fraternité 484
3.2.3.3 Relecture équivoque du passé 485
3.2.3.4 Évaluation critique 487
3.3 L’apport de la Commission biblique pontificale : Le Peuple Juif et ses saintes Écritures dans la Bible chrétienne (2001) 491
3.3.1 Présentation générale 491
3.3.2 Unité des Écritures et nouveauté de l’Évangile 494
3.3.2.1 Un héritage, deux religions 494
3.3.2.2 L’accomplissement des Écritures 497
3.3.3 La place de l’Israël post-biblique 499
3.3.3.1 Israël, le fils aîné 500
3.3.3.2 La validité de l’Alliance du Sinaï 501
3.3.3.3 Le Judaïsme post-biblique 503
3.3.4 Apports et limites du texte 505
Conclusion générale et ouvertures : Pour une théologie du Judaïsme en réelle rupture avec la théologie de la substitution 513
1 Récapitulation : Acquis, lacunes, et points de résistance de Nostra Ætate § 4 515
1.1 L’Église et son lien de dépendance avec le Peuple Juif 516
1.1.1 L’Église a besoin d’Israël pour comprendre ses origines et sa nature 516
1.1.2 L’Église a besoin d’Israël pour lire la Parole 525
1.1.3 L’Église a besoin d’Israël pour comprendre les fondements de sa foi 528
1.1.4 Premier constat : La fin de l’enseignement du mépris 529
1.2 Passé, présent et futur d’Israël 532
1.2.1 Entre l’endurcissement d’Israël et sa réintégration 533
1.2.2 Entre la première et la seconde venue du Christ 538
1.2.3 Second constat : Des avancées notoires, avec des reliquats de la substitution 541
1.3 Des sujets insuffisamment traités 544
1.3.1 Une christologie embryonnaire 544
1.3.2 Les questions liturgiques 550
2 Suggestions pour dépasser la théologie de la substitution 555
2.1 Travailler certaines questions suscitées par Nostra Ætate §4 555
2.1.1 Peut-on faire de la théologie sans Tradition ? 555
2.1.2 En quoi l’adoption de l’ordo liturgique de Jérusalem serait-elle bénéfique pour l’Église? 560
2.1.3 Que disent Les Évangiles sur la permanence d’Israël ? 561
2.1.4 Quel lien peut-on faire entre la sacramentalité de l’Église et la sacramentalité d’Israël ? 563
2.2 Essai: une nouvelle aproche de l’unité du peuple de Dieu 564
2.2.1 L’argument de la théologie de l’histoire. 565
2.2.2 L’argument ecclésiologique, 566
2.2.3 L’argument scripturaire. 570
2.2.4 L’argument christologique 572
2.2.5 Rétablissement d’Israël et catholicité de l’Église. 573
Bibliographie 577
Publication status: published
KU Leuven publication type: TH
Appears in Collections:Research Unit of History of Church and Theology

Files in This Item:
File Status SizeFormat
Thèse therese martine andrevon recto verso avec remerciements.pdf Accepted 4898KbAdobe PDFView/Open Request a copy

These files are only available to some KU Leuven Association staff members

 




All items in Lirias are protected by copyright, with all rights reserved.