ITEM METADATA RECORD
Title: Les péritextes nobiliaires de Jean de La Varende : étude d’un réseau d’amitiés socialement déterminé
Authors: Vanmol, Aleide # ×
Issue Date: 2014
Conference: Between Friends and Enemies/Entre Amis et Ennemis - Fourth Biennial Hopkins French Graduate Conference location:Baltimore (MD, USA), Johns Hopkins University date:25-26 October 2013
Abstract: Jean de La Varende est un auteur de petite noblesse française qui a connu ses plus importants succès littéraires durant les années ’30, ’40 et ’50 du XXe siècle. Son œuvre – nouvelles, romans, monographies et biographies – est marquée par un imaginaire nobiliaire constant et omniprésent. Cet imaginaire n’implique pas seulement la mise en scène de nobles, fictifs ou non. Il se joue aussi au niveau de la constitution de la posture de l’auteur, à travers des amitiés nobiliaires affichées comme telles. La constitution de ce réseau d’amitiés en passe par des textes interposés : épigraphes, dédicaces, et préfaces/postfaces d’écrivains issus de la noblesse à des ouvrages de La Varende.
Tout le péritexte de cet auteur semble placé sous le signe de la noblesse. Outre des épigraphes empruntées à des écrivains comme Barbey d’Aurevilly dans Le Roi d’Écosse (1941) ou Honoré de Balzac dans Les Gentilshommes (1948), l’œuvre de La Varende abonde en dédicaces à des nobles, comme celle « à la mémoire du Comte Pierre de Graveron mort à l’ennemi » dans l’un de ses premiers livres, Les Châteaux de Normandie (1937), et celle à ses propres ancêtres (comme son grand-oncle, le Maréchal de Tourville ou son grand-père, le Chevalier Fleuriot de Langle…) dans La navigation sentimentale (Croquis techniques de l’auteur) (1952). À cela s’ajoutent de nombreuses préfaces de la main d’écrivains nobles, comme dans son recueil de nouvelles Pays d’Ouche (1934), introduit par le Duc de Broglie, ou encore M. le Duc (1958), dont la postface est signée par le Duc de Lévis-Mirepoix.
À travers ces éléments subordonnés au texte, mais déterminant l’essentiel de son allure et de son existence, l’auteur constitue un réseau d’amitiés, symboliques ou non, socialement déterminé. Ces amitiés nobiliaires mettent en jeu une identité de classe fondée sur un réseau de relations et, partant, d’amitiés, publiquement affichées (cf. Saint Martin, L’Espace de la noblesse, 1993 & Mension-Rigau, Aristocrates et Grands Bourgeois : Éducation, traditions, valeurs, 1997). Marqueurs de distinction dans le champ littéraire, ces éléments péritextuels contribuent à la constitution de la posture singulière de l’écrivain. Il s’agira dès lors dans le cadre de cette communication d’analyser les formes de ce réseau paratextuel constitutif des amitiés nobiliaires de La Varende et d’examiner notamment la relation entre ces péritextes et le texte qu’ils accompagnent.
Publication status: accepted
KU Leuven publication type: IMa
Appears in Collections:Literary Studies Research Unit, Leuven - miscellaneous
× corresponding author
# (joint) last author

Files in This Item:

There are no files associated with this item.

 


All items in Lirias are protected by copyright, with all rights reserved.